Salta al contenuto

🚚 Livraison gratuite aujourd'hui à partir de 49€

Carrello

Il tuo carrello è vuoto

Toutes nos couleurs sont testées en laboratoire et ne contiennent aucun composant chimique ou réactif irritant la peau, et sont totalement végétaliennes et sans cruauté envers les animaux. La qualité et la durabilité sont également certifiées pour leur supériorité prouvée.

Nos vernis à ongles en poudre donnent de la couleur à l'ongle sans tacher la peau et les cuticules. De plus, il renforce, réparant la structure des ongles qui ont tendance à se casser.

Certificats de qualité pour les émaux en poudre

 
 
 

 

Que sont les phtalates

 Les phtalates sont des produits chimiques couramment utilisés pour augmenter la flexibilité. Les phtalates sont les plus couramment utilisés dans la production de produits en polychlorure de vinyle (PVC). Aujourd’hui, le PVC est le deuxième type de plastique le plus utilisé.

En général, les phtalates sont utilisés dans les matériaux de construction, les matériaux d'emballage, les tuyaux et les installations électriques, ainsi que dans des milliers d'autres produits. Il est utilisé dans les revêtements muraux, les sols privés, les nappes, les sols de meubles, les rideaux de douche, les moquettes, les tuyaux d'arrosage, les imperméables, les jouets, les chaussures, les revêtements de voiture, les tubes médicaux et les sacs de stockage de sang. Certains types de phtalates sont utilisés dans les cosmétiques, les vernis à ongles, les produits capillaires, les produits de soins de la peau et même dans certains médicaments.

Cependant, de temps en temps, l'utilisation de certaines espèces de phtalates est interdite ou interdite pour des raisons de sécurité et de santé. Par exemple, l'utilisation de trois types de phtalates dans les jouets et produits pour enfants à des concentrations supérieures à 0 est interdite.1 pour cent. De plus, des restrictions ont été imposées sur l'utilisation de certains types de phtalates dans le matériel de puériculture et de puériculture.

Aujourd'hui, des commissions sont créées et des enquêtes sont menées pour examiner les risques pour la santé des phtalates et des substituts de phtalates et pour déterminer si les interdictions continueront ou si toute autre utilisation des phtalates sera appropriée.

De nombreux types de phtalates traversent le corps humain avec la nourriture. De plus, l’utilisation de produits de soins personnels et l’inhalation sont des voies d’exposition majeures à certains phtalates. Les phtalates présents dans le corps de la mère peuvent passer dans le lait maternel. Les nourrissons et les jeunes enfants peuvent être exposés aux phtalates en absorbant des jouets en plastique contenant des phtalates. En bref, les phtalates sont largement utilisés dans divers produits de consommation et pénètrent dans le corps humain de nombreuses manières.

Les phtalates appartiennent à la classe des produits chimiques synthétiques et sont produits en grande quantité chaque année. En ajoutant des phtalates au PVC, ce plastique fragile est rendu plus flexible et durable.

Les phtalates sont définis comme des substances toxiques ayant des effets sur la reproduction et le développement. Cependant, les niveaux de toxicité varient en fonction de la structure du phtalate. Certaines espèces de phtalates sont également classées comme cancérigènes.

Les phtalates ne sont pas liés chimiquement au polymère PVC. Par conséquent, au fil du temps, les produits s’échappent, en particulier dans des conditions de chaleur, et se propagent dans l’air, l’eau, les aliments, la poussière, le sol, les organismes vivants et d’autres environnements.

Bien que six types de phtalates soient actuellement interdits dans les produits pour enfants fabriqués aux États-Unis et dans les pays de l'Union européenne, ils sont toujours utilisés dans la fabrication de jouets dans de nombreuses régions du monde. De plus, les enfants continuent d’être exposés aux phtalates contenus dans les cosmétiques et les produits de soins personnels tels que le vernis à ongles, les lotions, le shampoing, le savon et la laque. Les matériaux fabriqués à partir de PVC tels que les sacs à dos, les boîtes à lunch, les parapluies, les imperméables, les bottes, les sacs et les pantoufles contiennent également des phtalates.

De nombreux autres matériaux comprennent des phtalates tels que des tuyaux en plastique, des sacs de stockage, des carreaux de sol, des pièces automobiles, des emballages alimentaires, de la peinture, des articles ménagers, des revêtements pharmaceutiques, des fils électriques et des dispositifs médicaux.

Les principaux effets des phtalates sur la santé humaine sont des anomalies de la reproduction et des effets sur le développement. L'exposition aux phtalates provoque des troubles de la reproduction masculine, des lésions du sperme, des troubles de la fertilité, des maladies du système reproducteur féminin, une puberté précoce, de l'asthme et des troubles de la thyroïde. Des effets indésirables sur les poumons, le foie et les reins sont également observés.

De plus, les phtalates présentent un risque pour les écosystèmes aquatiques et terrestres à proximité des entreprises qui utilisent des phtalates dans leur production. Certains types de phtalates sont bioaccumulables et ont été identifiés dans les organismes aquatiques. Des effets perturbateurs endocriniens sont observés chez les poissons. Les oiseaux et les mammifères sont affectés par l'exposition à la chaîne alimentaire.

Aujourd'hui, la recherche d'autres produits chimiques pour remplacer les phtalates se poursuit. Par exemple, un certain nombre de substances telles que des émollients alternatifs ont été introduites pour remplacer les phtalates dans les jouets, les produits de puériculture, les dispositifs médicaux et certains produits cosmétiques.


Que sont les Héma

De nombreux tests ont montré que le méthacrylate de 2-hydroxyéthyle (2-HEMA) et le cyanoacrylate d'éthyle (ECA) sont les deux allergènes qui permettent le plus fréquemment et avec certitude de diagnostiquer une allergie de contact aux acrylates contenus dans les ongles cosmétiques.Le
2-HEMA est cependant un ingrédient systématiquement présent dans les produits en gel, alors qu'il n'est pas présent dans certains ongles en acrylique.
Pour les patients allergiques au 2-HEMA, l'utilisation de gel pour les ongles doit être évitée, sauf si des préparations qui n'en contiennent pas sont utilisées. Cependant, la meilleure alternative semble être les ongles en soie si le patient n'est pas sensible à l'ECA présente dans toutes les colles à ongles.

Manifestations cliniques

L'eczéma de contact est provoqué par une réaction de la peau à des substances exogènes de nature diverse (chimique, chimico-physique, biologique). Il existe deux mécanismes qui provoquent l’apparition de l’eczéma de contact. Dans le premier cas, le contact avec la substance provoque une irritation cutanée et des lésions cellulaires ; dans ce cas, il s'agit d'une dermatite de contact irritante. Dans le deuxième cas, il existe une sensibilisation allergique à des substances spécifiques et une dermatite allergique de contact. Pour le premier, un seul contact cutané suffit, tandis que pour le second, il faut au moins 6 à 10 jours pour que les symptômes apparaissent. La dermatite de contact provoque l'apparition d'érythèmes, d'œdèmes et de cloques, suivis de la formation de croûtes et, enfin, d'une desquamation. Les lésions initiales sont localisées dans la zone de la peau qui a été exposée à la substance sensibilisante, mais elles peuvent également se propager à d'autres zones cutanées si l'exposition à la substance irritante se poursuit.

Que sont les métaux lourds ?

Les métaux lourds sont des substances ubiquitaires réparties plus ou moins uniformément dans l'environnement, ils sont répandus dans les roches et la croûte terrestre et présents dans les aliments et l'eau. C’est précisément en raison du fait que leur présence est omniprésente dans l’environnement qu’il est pratiquement impossible d’éviter une exposition quotidienne aux métaux lourds. Ainsi, même au sein des produits cosmétiques, la présence de traces de métaux lourds est inévitable. Cependant, à certaines doses, ils pourraient provoquer des effets toxiques sur l'organisme, il est donc fondamental d'évaluer soigneusement leur présence dans chaque cosmétique afin d'exclure tout effet susceptible de compromettre la santé du consommateur.

Que sont les métaux lourds ?

Les métaux lourds les plus fréquemment cités sont l'arsenic (As), le cadmium (Cd), le chrome (Cr) III et VI, le plomb (Pb), le mercure (Hg), le sélénium (Se), l'antimoine (Sb), le baryum ( Ba), le cobalt (Co) et le nickel (Ni).

Référence réglementaire

L'utilisation de métaux comme ingrédients est explicitement interdite par le Règlement (CE) 1223/2009 qui les inclut en Annexe II, c'est à dire dans la liste des substances dont l'utilisation est interdite dans la composition des produits cosmétiques. Cependant, précisément en considération de leur ubiquité, l'article 17 du Règlement (CE) 1223/2009 indique ce qui suit :

" Présence involontaire d'une petite quantité d'une substance interdite, résultant d'impuretés dans les ingrédients naturels ou synthétiques, le processus de fabrication, le stockage, la migration de l'emballage et qui est techniquement inévitable malgré le respect des bonnes pratiques de fabrication pratiques, est autorisée à condition que cette présence soit conforme à l’article 3."

Ainsi, essentiellement, le règlement tolère la présence de métaux lourds dans les produits finis en petites quantités lorsqu'ils sont un résidu du processus de production et de conservation des cosmétiques ou lorsqu'ils sont présents sous forme d'impuretés d'autres ingrédients cosmétiques (tels que des colorants).

Cette présence n'est acceptée que si :

-Des métaux lourds sont présents à des traces techniquement inévitables ;
-Si la présence se produit malgré le respect des bonnes pratiques de fabrication ;
-Le produit cosmétique a été évalué comme sûr par l'évaluateur de sécurité dans des conditions normales ou conditions d’utilisation raisonnablement prévisibles.

C'est pourquoi le Règlement souligne la notion de présence involontaire de substances interdites (telles que les métaux lourds) et donc de tolérabilité, en tout cas la présence de métaux lourds et d'impuretés doit être soigneusement évaluée et examinée au cas par cas. cas de base au moment de l’évaluation de la sécurité.

Y a-t-il une limite pour les métaux lourds ?

Comme indiqué précédemment, le Règlement (CE) 1223/2009 indique essentiellement que la présence de métaux lourds, en traces techniquement inévitables, est autorisée mais en fait aucune limite maximale globale n'a été définie pour les métaux lourds dans les cosmétiques ni de limite individuelle pour chacun des métaux lourds, il n'existe donc pas de valeur de référence pour l'expression « quantité réduite de substance interdite » à l'article 17. Dès lors, en l’absence de valeurs limites pour les métaux lourds, une évaluation au cas par cas est nécessaire.

Il n'existe pas non plus de méthodes standardisées pour déterminer la teneur totale en métaux lourds ni de méthodes pour déterminer les espèces chimiques (par exemple Cr VI ou Chrome III). L'absence de limites quantitatives a conduit certaines autorités des États membres à établir des valeurs indicatives à respecter.

Ainsi, en l'absence de limites harmonisées par le Règlement, des limites de référence ont été définies par :

Office fédéral de la protection des consommateurs et de la sécurité alimentaire (BVL). Le Gouvernement Fédéral Allemand, suite à des tests effectués sur des produits cosmétiques, a défini comme limites les valeurs suivantes :
-Pb : 2 ​​mg/kg (ou 5 dans certains produits de maquillage) ;
-As : 0,5 mg/kg (pour les tours de carnaval ou de théâtre 2,5 mg/kg);
-Cd : 0,1 mg/kg;
-Hg : 0,1 mg/kg;
-Sb : 0,5 mg/kg

Santé Canada. Une initiative similaire a été prise au Canada par Santé Canada, les impuretés techniquement inévitables sont prises en compte lorsque les métaux lourds sont inférieurs aux niveaux suivants :
-Pb : 10 mg/kg;
-As : 3 mg/kg ;
-Cd : 3 mg/kg ;
-Hg : 1 mg/kg ;
-Sb : 5 ​​mg/kg

Italie. l'Istituto Superiore di Sanità (ISS) a indiqué les limites maximales qui peuvent être considérées comme des traces techniquement inévitables (pour les dentifrices, les valeurs sont indiquées entre parenthèses, si elles sont différentes)

En quoi consiste le Challenge Test ?

Le challenge test, littéralement "challenge test", est l'un des tests cosmétologiques les plus importants appliqués en laboratoire pour vérifier toute agression microbiologique que peut subir un produit cosmétique, aussi bien pendant la phase de fabrication ou de stockage que pendant la période d'utilisation par le consommateur. .


Ce test est obligatoire pour tous les produits cosmétiques qui, dans des conditions normales de stockage et d'utilisation, peuvent présenter des risques de contamination bactériologique.
Seuls les produits présentant un faible risque microbiologique (produits à base d'alcool, produits au pH très basique comme les savons par exemple) sont exemptés de ces tests, mais leur absence doit encore être justifiée.

Ce type de test cosmétologique permet de vérifier l'efficacité du système conservateur utilisé dans la formulation.

Le challenge test sur les cosmétiques est réalisé en inoculant des micro-organismes dans un produit cosmétique pour vérifier leur survie dans le temps.

L'application des protocoles officiels par le microbiologiste est d'une importance considérable, même si la méthodologie la plus utilisée est celle de l'ISO, qui indique non seulement le type d'analyse à effectuer, mais aussi la manière d'interpréter les résultats. .

Quels micro-organismes sont testés ?

Les micro-organismes inoculés lors de l'analyse du test de provocation sont :

-Escherichia coli, bactérie présente principalement dans les selles contaminées
-Pseudomonas aeruginosa, bactérie ubiquitaire pathogène pour l'homme
-Candida albicans, levure saprophyte pour l'homme, présente normalement dans la cavité buccale, au niveau du tractus gastro-intestinal et au niveau vaginal
-Aspergillus brasilensis, champignon
-Staphilococcus aureus, saprophyte cutané et pathogène potentiel

Comment se déroule le test de provocation ?

Le test est surveillé pendant une période dite temps de vérification, pour chaque échantillon inoculé avec l'agent pathogène sur boîte de Pétri. Les temps de vérification sont divisés en :

T0 : temps zéro immédiatement après l'inoculation
T1 : après 24 heures
T2 : après 48 heures
T7 : après le septième jour
T14 : après 14 jours
T28 : après le vingt-huitième jour vérifier l'absence totale de la charge microbiologique initiale
Comment les résultats sont-ils interprétés ? Les résultats peuvent converger dans 3 situations typiques :

Conformité au critère A : risque microbiologique acceptable, le produit cosmétique est considéré comme protégé contre la prolifération microbienne. Aucun autre facteur que ceux de la formulation n'est pris en considération.

Conformité au critère B : risque microbiologique acceptable, dans ce cas les facteurs de contrôle doivent également être pris en considération, c'est-à-dire les caractéristiques de l'emballage pour réduire le risque de contamination.

Non-conformité : ne répond à aucun des critères ci-dessus. Il doit y avoir une diminution progressive de la charge microbiologique jusqu'au vingt-huitième jour sans augmentation du comptage par rapport au temps de comptage précédent. Une réduction lente ou un développement ultérieur pendant la phase de test entraîne un système de conservation inadéquat. Dans ce cas, le produit n'a pas réussi ce test, le système de conservation en question a donc échoué et il n'est pas possible de l'utiliser dans de nouvelles préparations.